> Strona gwna > Blog
T³umacz Strony/Translator Site
Kalendarz
Maj 2017
P W C P S N
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
ARTYKU£Y - ARTICLES Ab ovo usque ad mala
Nostradamus
MONDE UNIVERS CRÉATION
Materia?y nades?ane
do redakcji portalu
redakcja portalu nie
ponosi odpowiedzialnosci
za nadeslane materia?y




Artyku? pilotuj?cy ksi??k? Watykan Zdemaskowany - Papie? musi umrzec



Afera Banco Ambrosiano



Koniec ery ryb cz.1-tajemnicza wiedza majów
Koniec ery ryb cz.2- Naukowcy dowodza

 

Pedofilia i Satanizm... cz1     
Pedofilia i Satanizm...cz2
  
 


NOSTRADAMUS VATINICIA CODE 





NOSTRADAMUS VATINICIA CODE [ ENG ]



Chro?my nasze dzieci -
Plaga spo?ecze?stwa -
Pedofilia


Prof. Adam Gierek: S?o?ce zniszczy Ziemi?!
 
 

Ks. Piotr Natanek oskar?a Watykan




Afery za Spi?ow? bram?

 
>  Blog
Trésor du Temple de Salomon.
Data 05/12/2010 22:12  Autor Andrzej Struski,Magdalena Struska  Klikni 3809  Jzyk French
Nous avons decouvert l’entrée aux cavernes abritant le trésor du temple. 

Trésor du Temple de Salomon.

                               Nous avons decouvert l’entrée aux cavernes abritant le trésor du temple.

     Le temple de Salomon, détruit et reconstruit, complètement ravagé le 6 août 70 n.e. par les troupes romaines, succomba à son destin tragique. Tous les joyaux qu’il abritait furent transférés au chef-lieu de l’Empire. Rome s’en réjouissait pendant 440 ans pour en perdre la possession lors d’une invasion des Visigoths.
     Pendant la conquête de Rome par les Visigoths le 24 août 410 r. tous ces trésors et bien d’autres disparurent sans laisser de trace. Une ville importante, abritée par les montagnes dans la région d’installation des Visigoths fut Rennes le Château. Cette localité montagneuse, étendue dans une vallée pittoresque de 50 mille habitants, était dominée par un château cathare perché sur une hauteur comme un nid de cigognes, en plein milieu de la vallée. 
Il est à noter que les trésors acquis lors des expéditions de guerre et surtout les trésors de Rome, furent abrités quelque part dans une région montagneuse. Les montagnes ne manquaient pas de cavernes. Il suffisait de les aménager convenablement et les assurer contre les voleurs. Les conquérants ou les héritiers de cet énorme trésor cherchèrent à le protéger de manière à ce qu’il perdure intacte jusqu’à l’époque contemporaine. A cet effet, ils laissèrent des signes permettant de retrouver l’entrée à ces cavernes. Des informations sur le genre et la forme de ces signes furent transmises aux générations postérieures. Celles-ci actualisèrent ces renseignements afin d’indiquer le bon endroit, le temps venu. Le curé de la paroisse locale fut l’auteur de l’actualisation la plus récente, d’il y a une centaine d’années, de ces informations auxiliaires. Il avait clairement indiqué les signes existants, entre autre le tableau de Nicolas Poussin „ Les bergers de l’Arcadie” et contribué surtout à la mise en place de dizaines de signes dans la ville même de Rennes le Château. Néanmoins, ces signes étant très peu explicites, il a fallu au préalable connaitre l’endroit pour les déchiffrer.
     Il faut savoir que le droit à decouvrir l’endroit appartient aux personnes indiquées dans le testament. Celui-ci se trouve à Rennes le Château. Il avait toujours été ouvert au public mais son contenu fut spécialement aménagé afin d’en rendre la lecture impossible à une personne fortuite. La clef du testament serait un savoir supplémentaire possédé par le successeur du trésor du temple de Salomon.
   Nous sommes arrivés à Rennes le Château pour la première fois le 17 septembre 2005. Le nombre 17 paraissait assignée à Saunier, ce qui s’est alors confirmé. Très tard, le soir de notre arrivée, après le diner, au retour à l’hôtel, situé dans la vallée sur le versant sud de la montagne, Saunier nous transmettait de l’au-delà une dernière indication.. Elle était tellement exacte que quelques jours plus tard, le 21 septembre, nous avons retrouvé l’endroit recherché et pris des photos des signes y existant sur les roches. Comme nous l’avons découvert par la suite, Saunier également trouva l’endroit un 21 septembre.
   La galerie des photos, ci-dessous, n’est pas exaustive. D’autres photos, trop explicites n’ont pas pu y être publiées.
 
 
 
  
 Photo 1 Cavités creusées dans la roche. 


  Photo 2 La lettre « G » visible sur la roche.


    Photo 3 La lettre « R » visible sur la roche.

 
Photo 4 La Station X du chemin de croix.


            L’effigie de Jésus Christ où il indique de sa main droite les cavités bien visibles sur son ventre. Leur forme diffère considérablement du relief naturel des muscles du ventre. Les doigts les indiquant suggèrent leur importance. L’image des cavités atypiques sur le ventre du Christ et sur la roche invitent à la reflexion. Leur forme similaire n’est pas un fruit du hasard.


  
 Photo 1 Cavités creusées dans la roche.


  Photo 2 La lettre « G » visible sur la roche.

 
 Photo 5 Une fresque dans l’église paroissiale à Rennes le Château.

     Cette fresque se trouve à l’opposé de l’autel. Son motif principal serait Jésus Christ enseignant sur la colline. En réalité, il montre une chose absolument différente. Il abrite des informations cryptées relatives à l’endroit secret de l’entrée aux cavernes où se trouve caché le trésor du temple de Salomon. Parmi ces indications figure la lettre « G » tellement pittoresque dans sa forme, qu’on la dirait sculptée sur le sac fermé. Et pourtant, cette lettre n’est visible que sur le tableau tourné. Le sac ne correspond pas à l’enseignement du Christ sur la colline. Il indique plutôt un trésor ou de l’or. La lettre « G » gravée sur le sac correspond parfaitement à la lettre « G » visible sur la roche.
     D’autres traits cryptés dans l’image de la fresque indiquent eux aussi l’entrée aux cavernes. Pour des raisons de securité nous en reparlerons dans une autre publication. Ils l’indiquent avec une telle exactitude que cet endroit risque d’être découvert avant la lecture du testament, lequel nomme le successeur du trésor du Temple de Salomon.


 


   Photo 6 Détail de la fresque, avec le sac agrandi en position naturelle.

 
    Photo 7 L’image du sac, tournée de 90 degrés à gauche.
 

     Dans cette position le signe sur le sac peut être lu comme une lettre « G », il lui ressemble beaucoup. Le relief de la ligne, lui aussi, indique une similitude, ayant la même forme des bords.
 

 

  
Photo 3 La lettre « R » visible sur la roche.
 


 

 
 Photo 8 Les Bergers de l’Arcadie. 
 

 
    Photo 9 Agrandissement de la lettre « R », montrée du doigt par un berger.




     Deux bergers indiquent en même temps deux signes différents. Le berger droit montre avec l’index de sa main gauche une sorte de ligne verticale. Le berger gauche montre la lettre « R » avec l’index de sa main droite. En le faisant, il cache avec son doigt une partie de la lettre dont on n’aperçoit que la moitié supérieure et le pied droit.
     Les conclusions tirées de cette image par plusieurs personnes les ont conduites à la quête de l’endroit secret, ayant considéré le tableau comme indicateur principal. Sans aucun doute l’oeuvre de Poussin constitue un indicateur mais elle indique deux directions différentes. La première, montrée par le berger droit, indique la ligne des arètes des pierres tombales. Le fait d’avoir considéré ces arètes comme ligne directrice des recherches géometriques avait conduit plusieurs chercheurs à un travail minutieux sans résultat.
     Avant de commencer les recherches il est nécessaire d’exclure les raisons peu probables. Le berger qui se sert de sa main droite, vu le principe de la main droite, introduit de plus importantes valeurs que celui qui se sert de sa main gauche. Un autre facteur important constitue le comportement des bergers lorsqu’ils indiquent les signes. Le berger utilisant sa main droite observe attentivement le signe qu’il montre. En revanche, le berger utilisant sa main gauche regarde sa bien-aimée sans savoir exactement ce qu’il indique. Ses indications n’apportent pas de traits de probabilité pour deux raisons. En premier lieu, il se sert de sa main gauche, et en deuxième lieu, il ne voit pas le signe qu’il montre.
     Le signe à prendre en compte est la lettre « R ». Le berger qui la montre, l’effectue de sa main droite et regarde attentivement ce qu’il fait. Le fait que la même lettre se trouve sur les roches à l’entrée aux cavernes renforce cette conviction.
     La lettre gravée sur la roche possède le même contour que celle partiellement cachée par le doigt du berger. Nicolas Poussin a dû s’être trouvé à cet endroit-là avant de peindre son tableau. En outre, son oeuvre abrite encore d’autres indications relatives à cet endroit et, comme sur la fresque, les informations de ce tableau montrent des signes explicites, qu’il nous est impossible de communiquer. Comme je l’ai écrit auparavant, ces signes seront élucidés après la lecture du testament, lequel se trouve à Rennes le Château.
     Le dernier point constitue notre securité qui devient fragilisée suite à l’information d’avoir trouvé l’endroit secret. On connait des cas de mort dans des conditions mystérieuses des personnes affirmant avoir découvert le secret de Saunier, relatif au trésor caché.
Par souci de notre propre securité nous avons élaboré deux lettres dont la lecture détaillée conduira à l’endroit secret. Si jamais nous ne nous manifestions pas avant une échance, les lettres seraient ouvertes, l’une après l’autre, et leur mystère mis à la lumière du jour. 

P.S.

 © Andrzej i Magdalena Stuscy. Powy¿szy tekst jest tekstem autorskim.
  Kopiowanie, rozpowszechnianie tylko za zgod± autorów tekstu oraz podaniem linku.